Décryptage de "Bad Guy" de Billie Eilish

Analyses | par Franskaya

Le blogue à Franskaya
Résumé de l'article

Cet article du blogue à Franskaya plonge dans les arcanes de la chanson populaire "Bad Guy" de Billie Eillish, mettant en lumière son originalité dans la pop contemporaine. La chanson se distingue par une basse hypnotique, un arrangement minimaliste, une rythmique organique, une voix murmurée plus que chantée, une superposition de captures de voix différentes et contrastées, et un synth lead ludique et accrocheur. Ver d'oreille ultra efficace ayant ravi plus d'un milliard d'auditeurs sur YouTube, cette chanson est, de l'avis de Franskaya, l'auteur cette brève analyse, un chef-d'oeuvre artistique dans le paysage musical moderne.


L'analyse d'un hit pop rafraîchissant d'originalité

Comprendre les rouages d'une musique qui se distingue - Perspective d'un compositeur de musique électronique

Depuis sa montée fulgurante dans l'industrie musicale, Billie Eilish est devenue un nom qui résonne aux quatre coins du monde. Avec son style audacieux, ses paroles énigmatiques et sa voix captivante, elle a su conquérir le cœur de millions de fans à travers la planète. "Bad Guy" est un morceau qui se démarque dans le paysage de la pop contemporaine. Dans cet article, j’analyse brièvement l’arrangement musical de ce hit pour tenter de décrypter quelques-uns de ses secrets.

Dans cette série d'articles, je décortique certains succès contemporains pour en comprendre les rouages et tenter de mettre le doigt sur ce qui fait que ça marche!

Sortie en 2019 en cinquième position de son premier album studio, "When We All Fall Asleep, Where Do We Go?", "Bad Guy" a instantanément attiré l'attention par son arrangement musical minimaliste et l’esthétique visuelle intrigante de sa vidéo, qui a dépassée le milliard de vues à ce jour sur Youtube. La musique a été composée par son frère Finneas O’Connell, mixée par Rob Kinelski, et matricée par John Greenham.

Photographie de Billie Eilish

La chanson est atypique du fait d’une première partie au tempo rapide de 135, suivi d’une deuxième partie complètement différente au tempo de 60. Dans les lignes qui suivent, je m’intéresserai davantage à la première partie.

Le premier élément digne de mention est son riff de basse distinctif qui nous happe dès les premières notes, et qui, conjugué à la voix murmurée d’Eilish, nous transporte dans un univers musical unique. Ce motif à la fois simple et inventif accroche l’auditeur au morceau par sa mélodie presque hypnotique. Cette basse assez lourde, que MusicRadar décrit comme typique du trap, offre un contraste marqué avec la voix féminine de la chanteuse et s’agence parfaitement avec le rythme ultra minimaliste de la batterie.

Côté percussions, on observe qu’elles sont espacées et minimalistes, et on pourrait les dire plutôt organiques du fait des bruits d’humains omniprésents, typiquement Hip Hop ou R&B. Quelques claquements de doigts, un shaker dans le chorus et quelques claps dans le second refrain suffisent à infuser une atmosphère étonnamment dansante.

Il est intéressant de noter que le mixeur a utilisé une "gate" pour ajouter un peu de punch à la batterie, de façon très subtile. Pour qui serait moins familier avec ce jargon d’ingénieur du son, il s’agit d’un effet qui coupe momentanément certaines fréquences audio pour faire de la place au son spécifique choisi, généralement le kick (grosse caisse).

Le second élément prédominant du morceau est le synth lead accrocheur qui a été décrit comme ludique, carnavalesque et bande dessinée, un ver d’oreille très efficace. Cet élément arrive plus tard dans le morceau, dans ce qui s’apparente à un bridge.

Photographie de Billie Eilish

Pour presque l’ensemble de la track, l’esthétique minimaliste inspirée de la musique électronique expérimentale est constituée essentiellement d’une basse synth, un kick drum de style 808 et de claquements de doigts. Dans un interview à Rolling Stone, Eilish révélera avoir utilisé un son de traverse de piéton australien, ce que confirme son frère Finneas au micro de Jimmy Fallon expliquant s’en être servi comme high hats. Il mentionnera capturer souvent des bruits de la vie courante, qu’il insère ensuite dans ses musiques dans le but d'essayer de se distinguer des autres producteurs.

On note beaucoup de silences et d’espace tout au long du mix. Contrairement à bien des musiques contemporaines qui cherchent à remplir tous les espaces vides, cet arrangement s’accommode aussi bien du son que de son absence.

Comme tout grand succès pop, c’est la performance vocale distinctive de Billie Eilish qui ravit l’auditeur.

Photographie de Billie Eilish

On remarque un contraste marqué entre les paroles audacieuses de "Bad Guy" et sa voix douce et chuchotée, une ambiguïté qui ajoute une dimension de mystère. Au début de la chanson, Billie Eilish accuse son amoureux d’être un mauvais garçon, puis suggère qu’elle est plus coriace que lui, et que c’est en fin de compte elle « la méchante ». Avec sa voix chuchotée, nonchalante et exagérément décontractée, c’est un peu comme si elle minimisait son propre rôle dans l’histoire, dans une attitude de défi et de supériorité. Cette ironie chuchotée contribue à rendre la chanson énigmatique.

Le synth lead ludique contraste toutefois énormément avec ce propos ironique, que sa mère n’approuverait peut-être pas, comme le déclare Eilish dans la chanson.

Un autre élément important du mix est la superposition de captures de voix différentes. De hauteur, de timbre et de facture différentes, ces harmonies de voix étagées contribuent à l’atmosphère étrange de la pièce et visent à convaincre qu’elle est véritablement LA « Bad Guy ».

Enfin, je note que la chanson est dans la tonalité de sol mineur et qu’elle suit une progression très minimaliste Gm-Cm-D7 (Sol mineur, Do mineur, Ré septième majeur). La chanson a été classée par les médias dans les genres électropop, dance-pop, « pop-trap » et « nu-goth pop », et s’inspire de faits d’armes typiques du Hip-Hop (boucles et échantillons) dont Eilish et O’Connell sont friands.

Bref, cette musique qui défie les conventions, à la fois minimaliste, créative, provocante et captivante, est caractérisée par une ligne de basse très efficace, un synth lead répétitif unique et mémorable, des paroles audacieuses et une performance vocale à contre-courant. Quand on connaît son talent de vocaliste, chanter et chuchoter ne sont-ils pas, en effet, antinomiques?

À mon avis, « Bad Guy » de Billy Eilish est plus qu’un succès pop, c’est un chef-d’oeuvre artistique unique qu’on écoutera et dont on s'émerveillera encore longtemps.

Références principales:


Portrait of Franskaya, music producer and composer from Quebec, Canada

Franskaya

Blogueur, auteur, artiste, Franskaya est aussi auteur-compositeur, technicien de son et producteur de musique de Québec au Canada. Ne manquez pas le prochain article en le suivant sur sa page Facebook, ou cliquez ici pour en savoir plus au sujet de l'auteur de cet article..


Image de la pochette du single de musique Naanis par Franskaya

Naanis

Écouter en streaming

Spotify icon
Apple Music icon
YouTube icon
Tidal icon
Deezer icon

Autres articles de blog